Le simulacre de solidarité de la gauche israélienne

French translation of my article on the Zionist Left, by: MR pour ISM

Budour Hassan

Le 15 juillet, des milliers d’Israéliens ont marché dans Jérusalem Est occupée pour exprimer leur soutien à un “État” palestinien en Cisjordanie occupée et dans la Bande de Gaza. Dépeints par ses organisateurs israéliens comme une marche commune palestinienne-israélienne, avec des slogans de “lutte partagée” et de “solidarité“, la participation palestinienne à l’événement fut toutefois clairsemée – une fraction des participants étaient palestiniens.

Image

Cet événement a eu lieu quelques semaines après une marche similaire à Tel Aviv, et tandis que la marche de Jérusalem bénéficiait de davantage de publicité étant donné sa localisation, les deux événements révèlent les échecs de la prétendue solidarité de la “gauche” sioniste israélienne avec les Palestiniens.

Le terme de solidarité – un peu comme celui de coexistence – est tellement galvaudé dans le discours sioniste libéral qu’il n’a plus de signification. Le concept erroné de solidarité soulève la question : que veut dire solidarité, et plus précisément, quand une action menée par des Israéliens au nom du soutien aux Palestiniens peut-elle être considérée comme une action de véritable solidarité ?

Chaque occasion où des Israéliens affluent dans les rues en chantant “Fin de l’occupation” peut-elle être allègrement décrite comme de la solidarité ? Chaque circonstance où des Israéliens portent des drapeaux palestiniens doit-elle être extatiquement célébrée comme un coup de fouet majeur à la cause palestinienne ? Les Palestiniens doivent-ils être simplement reconnaissants qu’au milieu d’une accélération de la construction de colonies en Cisjordanie , y compris à Jérusalem Est, et d’un déferlement de racisme dans la société israélienne, il y ait toujours quelques voix israéliennes prêtes à “reconnaître” un État palestinien ?

Quand des gens en situation de privilège conçoivent et formulent une solution puis l’imposent à un peuple colonisé et occupé comme étant la seule solution viable et “la seule démarche constructive qui reste“, comme l’a présenté l’appel du 15 juillet, ce n’est pas de la solidarité mais plutôt une autre forme d’occupation. Solidarité signifie que vous ne dites pas aux gens ce que vous estimez être leur problème, et encore moins vous ne leur dites ce que vous pensez être la solution. Solidarité signifie qu’on n’est pas d’accord sur tout, ou même qu’on est d’accord sur une solution, mais qu’on se bat pour une cause partagée indépendamment des différences de point de vue.

Un semblant d’État sur 22% de la terre de la Palestine historique n’est pas ce pourquoi les Palestiniens se sont battus pendant plus de 63 ans, et le présenter comme tel dépouille les Palestiniens de leurs voix et de leur droit à décider de leur propre destin.

Beaucoup affirment pourtant que lutter au coude à coude avec la gauche sioniste élargit la base de soutien pour la Palestine et donne aux Palestiniens une occasion de débattre et de convaincre l’autre bord. Ce serait vrai si les sionistes considéraient les Palestiniens comme des partenaires égaux, mais on en est loin. L’idée de deux États pour deux peuples comme seule solution à l’impasse palestino-israélienne – extrêmement populaire parmi les sionistes libéraux – est présentée aux Palestiniens comme un point de vue isolé, exceptionnel, comme le sens de la droiture morale et la supériorité des sionistes de gauche qui leur garantit la légitimité de déterminer le problème, la solution et les moyens de parvenir à cette solution.

Une marche palestinienne-sioniste “commune” n’offre pas l’occasion d’engager un dialogue productif ; elle donne plutôt aux sionistes une occasion supplémentaire de marginaliser les voix des Palestiniens et d’enseigner aux Palestiniens comment ils doivent résister et ce qu’ils doivent accepter.

Ainsi, ces manifestations qui demandent ostensiblement l’égalité maintiennent en réalité le statut privilégié des Juifs israéliens. Et bien que de telles manifestations arrivent à attirer des milliers d’Israéliens une fois de temps en temps, elles n’élargissent pas réellement la base de soutien aux Palestiniens. Elles reflètent plutôt le soutien à une “solution” qui néglige le problème des réfugiés – le cœur de la lutte palestinienne -, fragmente la nation palestinienne et condamne les citoyens palestiniens en Israël à une infériorité et à une discrimination perpétuelles.

La solidarité ne se mesure pas au nombre ; il ne s’agit pas de combien de gens sont venus à une manifestation pro-palestinienne. Il s’agit du pourquoi ces gens sont venus. Lutter côte à côte avec cinquante Israéliens qui s’impliquent réellement pour la cause palestinienne est bien plus important et précieux que marcher à l’ombre de milliers d’Israéliens qui pensent que la Palestine, c’est simplement la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

Sur sa page Facebook, la marche du 15 juillet à Jérusalem a titré en hébreu “Marcher pour l’indépendance de la Palestine“, tandis que la version arabe disait, “Ensemble vers la libération de la Palestine“. Il y a une énorme différence entre libération et “État indépendant“. La libération, pour les Palestiniens, signifie bien plus que l’établissement d’un bantoustan en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. L’écart entre la phraséologie en arabe et en hébreu est parlant mais il n’est ni nouveau ni rare pour les organisations israéliennes “de gauche” qui s’adressent au public palestinien dans un langage et un ton différent que ceux qu’elles utilisent pour s’adresser au public israélien.

Sur la petite centaine de Palestiniens qui a participé à la marche, beaucoup ont pu s’y joindre à cause de la perception fausse que l’objectif de cette marche était d’exiger la libération, plutôt que d’appeler à une “indépendance” bidon. De plus, des membres des comités populaires palestiniens de Sheikh Jarrah et de Silwan, dont les quartiers sont confrontés à des démolitions de maisons et à un processus de nettoyage ethnique silencieux et broyeur, disent qu’ils n’ont pas eu d’autre choix que de se joindre à la marche pour attirer l’attention sur leur lutte. Mais leur détresse a été exploitée par les organisateurs pour faire la publicité de la marche comme une “lutte commune“, marquer des points politiques et servir leurs visées de relations publiques.

Les contributions du Mouvement de Solidarité avec Sheikh Jarrah, l’organisateur principal de la marche du 15 juillet, ne doivent pas être minimisées. Les manifestations hebdomadaires qu’il a organisées à Sheikh Jarrah et à Al-Lydd ont mis en lumière la lutte des résidents palestiniens contre la politique israélienne systématique de démolition de maisons et d’expulsion. Les membres dirigeants duMouvement de Solidarité avec Sheikh Jarrah et autres organisations pacifistes de la gauche israélienne ont subi des attaques vicieuses de l’extrême-droite israélienne, y compris des menaces de mort et des accusations de trahison.

Ceci ne les place toutefois pas au-dessus de la critique. Tout leur activisme n’a pas réussi à toucher l’ensemble de la société palestinienne ni à l’impliquer. Leurs manifestations sont dominées par des sionistes libéraux laïques blancs, et la voix palestinienne, qu’ils disent vouloir faire entendre, est inaudible au milieu du chœur des slogans en hébreu sur la paix et la coexistence. Et même les slogans et les affiches qui ont été brandies pendant les manifestations avaient été décidés à l’avance par les organisateurs israéliens, transformant les protestations en une routine fastidieuse, douloureusement prévisible et élitiste.

Pour résumer, la “solidarité” israélienne est une épée à double tranchant. Elle a le potentiel de faire avancer la cause palestinienne, d’influencer l’opinion publique israélienne et de rendre visible la lutte palestinienne dans les grands médias. Cependant, le risque est grand que des groupes détournent le mouvement croissant de la résistance populaire palestinienne sous le masque de la solidarité et de la coexistence.

Qu’il y ait une marée montante d’extrémisme flagrant parmi les élites israéliennes au pouvoir et dans la société au sens large ne signifie pas que les Palestiniens doivent acclamer avec reconnaissance des “compromis” sionistes de centre mou.

La solidarité n’est ni un acte de charité ni un festival de discours vantards et de rhétorique vide. C’est une obligation morale qui doit être menée avec un engagement entier, indéfectible et inconditionnel.

Ceux qui recherchent les remerciements et la gratitude feraient mieux de rester dans leurs confortables fauteuils à Tel Aviv. Les tentatives d’exploiter la détresse palestinienne pour des motifs politiques et pour transformer la cause palestinienne d’une lutte pour les droits de l’homme, la justice, la liberté et l’égalité en un défilé de fausse indépendance et de clichés doivent être dénoncées et combattues.

Vidéo de la marche du 15 juillet à Jérusalem Est occupée

One thought on “Le simulacre de solidarité de la gauche israélienne

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s