Omar Aziz: Repose en victorieux

Budour Hassan
Traduit par: RÉVOLISATION ACTU
Anglais, originale
Arabe (par Leila Ahmad)

Le 17 Février 2013, les Comités locaux de coordination de la révolution syrienne ont rapporté que Omar Aziz, éminent intellectuel syrien, économiste, et de longue date dissident anarchiste, est mort d’une crise cardiaque à la prison centrale d’Adra. Détenu au secret par le renseignement de la Force aérienne depuis le 20 Novembre 2012, le grand et  – même malade – chaleureux coeur d’Omar Aziz ne pouvait pas supporter près de trois mois de détention dans les cachots infâmes du régime Assad. Les rapports de son décès sont apparus sur le deuxième anniversaire de la manifestation du marché Hariqa , lorsque 1.500 Syriens se sont engagés pour la première fois de ne pas être humilié en plein cœur du Vieux Damas. Aziz laisse derrière lui un riche héritage important de  contributions révolutionnaires intellectuelles, sociales et politiques ainsi qu’une révolution inachevée et un pays ayant un besoin désespéré de gens comme lui.

"Freedom for Omar Aziz", in a demonstration for Palestinian prisoner Samer Issawi on Feb. 6th in Jerusalem
“Liberté pour Omar Aziz” à une manifestation pour prisonnier palestinien Samer Issawi le 6 février à Jérusalem

Omar Aziz ne portait pas de masque de vendetta, et il n’a pas formé des groupes de Black Block. Il n’était pas obsédé par le fait de donner des interviews à la presse, et il n’a pas fait les gros titres des médias lors de son arrestation.

Il n’était pas un fils de la génération Facebook, mais à l’âge de 63 ans, son enthousiasme, sa motivation et son énergie digne d’un film de Robin des Bois n’ont été égalée par aucun de vingt et quelques autres sur scène avec lui.

À une époque où de nombreux militants ont été contraints de fuir, il a choisi de renoncer à sa sécurité aux Etats-Unis et retourner en Syrie pour participer à l’insurrection populaire qui a balayé le pays.

À une époque où la plupart des anti-impérialistes hurlaient sur l’effondrement de l’Etat syrien et le «détournement» d’une révolution qu’ils n’ont jamais soutenu, en premier lieu, Aziz et ses camarades ont lutté inlassablement en faveur de la liberté inconditionnelle contre toutes les formes de despotisme et d’hégémonie étatique.

Alors que la plupart des intellectuels laïques et modernistes ont pris une position ambigue ou passives et ont même dénoncé les manifestants dont les cortèges commençaient à marcher à partir de mosquées, Aziz et ses camarades ont créé le premier conseil local de Barzeh, à Damas. Les conseils locaux, une idée proposée et cristallisé par Aziz à la fin de 2011, sont des associations volontaires horizontales inspirées par les écrits de Rosa Luxemburg. Cette idée a ensuite été adoptée dans la plupart des zones libérées en Syrie.

Tandis que les intellectuels arabes et occidentaux les plus gauchistes donnaient –  comme des perroquets – des conférences sur les “masses” à partir de Foucault, Marx et Sartre au sommet de leur tour d’ivoire et dans un langage prétentieux et complexe, Aziz et ses camarades à Douma, Zabadani et Harasta donnaient vie à des textes morts et essayait de les mettre en pratique sur place au milieu de la répression.

Né dans une famille bourgeoise de Damas dans le quartier al-Amara, le 18 Février 1949 Omar Aziz était diplômé en économie à l’Université de Grenoble en France. Il a poursuivi une carrière réussie dans les technologies de l’information en Arabie saoudite et avait bâti une vie de famille stable. Peu après l’éruption du soulèvement populaire en Syrie, cependant, il est retourné à Damas et a rejoint l’insurrection en tant qu’activiste politique et en tant qu’un intellectuel, en ajoutant le rôle d’organisateur de communauté. “Abu Kamel», comme ses amis aimaient l’appeler, a refusé de rester confiné à son domicile et près de ses livres malgré son état de santé problématique. Il a écrit et a travaillé sur les questions relatives à la libre auto-organisation locale et la transition vers la démocratie. En outre, il a constamment visité les zones déchirées par la bataille dans la campagne de Damas, distribué de l’aide aux familles déplacées, fait des listes concrètes leurs besoins, et fait en sorte que la distribution de l’aide soit gérée correctement. En tant que cinéaste syrien et ancien prisonnier politique Orwa Nyrabia a dit: «Abu Kamel a travaillé comme un homme âgé d’une vingtaine d’années.”

Dans la Syrie d’Assad, où l’humanité et la libre pensée sont traités comme des crimes de terrorisme, il était prévisible que Omar Aziz soit finalement arrêté. Il a été enlevé à son domicile de Mazzeh Ouest le 20 Novembre 2012 à 16 heures. Et les annonces de sa mort ont été diffusé un jour avant son 64e anniversaire.

Il y a quelque chose d’une actualité tragique de la façon dont Omar Aziz prit congé de ce monde. Pour un homme qui a toujours choisi de travailler dans les coulisses et qui n’a jamais rivalisé de crédit et de gloire personnelle, sa mort ressemblait à sa vie. Il était silencieux et loin du glamour, mais il est venu tôt – trop tôt.

Omar Aziz évitait d’employer le terme «peuple» et écrivait “les humains” à la place. Son camarade Mohammad Sami al-Kayal écrit: “Il ne croyait pas dans« le peuple », ce jargon inventé par l’autorité pour maintenir son pouvoir. Il a vu des êtres humains qui vivent, prospèrent, et font jaillir leur potentiel. “Il pouvait envisager la continuation et l’incarnation d’Espinoza, des structures de Marx, et de la folie de Foucault dans les poings des habitants de Douma, les danses des jeunes de Barzeh, et dans les canons de fusil des chasseurs à Harasta.

Il dit un jour: «Nous avons fait mieux que les travailleurs de la Commune de Paris. Ils ont résisté pendant 70 jours et nous, nous tenons depuis un an et demi”

Omar Aziz a écrit à propos de l’importance d’établir des conseils locaux sur une base non-hiérarchiques et indépendants du contrôle de l’Etat, et il le fit bien longtemps avant la création de zones libérées en Syrie. Lorsque Aziz préparait son plan pour les conseils locaux, le soulèvement était encore largement pacifique, et la plupart du pays était sous le contrôle militaire du régime. À l’époque, il était bafoué et ignoré par ceux-là mêmes qui, plus tard adoptèrent son idée et s’en attribuèrent le mérite.

La vision de Omar Aziz du conseil local a été fondée sur la prémisse que les révolutions sont des événements exceptionnels où les êtres humains vivent dans deux fuseaux horaires parallèles: le temps de l’autorité et le temps de la révolution.Pour la révolution afin de sortir victorieux, il faut se libérer de la domination des autorités et s’impliquer dans tous les aspects de la vie des gens, et pas seulement dans des manifestations et de l’activisme politique.

Aziz espèrait que les conseils locaux deviendraient une alternative à l’Etat, mais il savait que leur formation dans les zones de sécurité très strictes serait plus difficile. Il a également prédit que cela prendrait du temps et des efforts pour convaincre les gens qu’ils peuvent se gouverner et de gérer leurs affaires de manière indépendante de l’État et sa bureaucratie. Aziz estimait que les conseils devraient s’employer à donner aux gens un espace d’expression collective, où chaque individu peut être impliqué politiquement dans le processus décisionnel. Pour que cela fonctionne, un réseau de solidarité et d’entraide entre les conseils locaux dans différents domaines doit être formé. En outre, le soutien logistique, matériel et psychologique pour les personnes déplacées et les familles des détenus devrait être de la responsabilité des conseils locaux, avec le soutien financier de l’opposition politique syrienne en exil.

Le document de Omar Aziz sur les conseils locaux constitue la pierre angulaire pour une auto-gouvernance indépendante dans la plupart des domaines qui se sont libérés du contrôle de régime.

Omar Aziz a dit à ses amis: «Si la révolution échoue, ma vie et celle de toute ma génération serait vide de sens … tout ce que nous avons rêvé et cru en aurait été une simple illusion.” Il est décédé avant d’avoir vu le triomphe de la révolution et de récolter les fruits de son œuvre magistrale. Les Syriens qui sont encore vivants doivent à Omar Aziz et aux dizaines de milliers de martyrs syriens une dette gigantesque. C’est une dette qui ne peut être payée qu’avec des larmes et des hommages de mobilisation. Rien de moins que de se battre comme un diable pour une Syrie libre suffirait.

3 thoughts on “Omar Aziz: Repose en victorieux

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s